« Salut Chattounette » : le mystère de l’ultimate-kawaii

« Kawaii », c’est l’adjectif japonais pour désigner les trucs mignons. « Mignon », en français, c’est un mot un peu ridicule, mais « kawaii », ça fait tout de suite branché. Et le top du top du kawaii, depuis 1974, s’il vous plaît, c’est Hello Kitty. Ce petit chat sans bouche, immédiatement reconnaissable à son petit noeud sur l’oreille gauche, à ses moustaches symétriques, ses yeux ovales et son nez jaune, emporte aisément le trophée toutes catégories de l’ultimate-kawaii. Pourquoi ? Mystère. Mais c’est un fait. En coque de téléphone portable, en pull en cachemire, en figurine, en valise, en trousse, en stylo, en sac à main et évidemment en peluche, Hello Kitty fait fondre. Dans deux mille ans, les archéologues qui tenteront de comprendre les tenants et les aboutissants de notre civilisation seront beaucoup plus perplexes en exhumant des guitares électriques siglées Hello Kitty que nous, au Louvre, devant les amulettes égyptiennes du premier millénaire avant Jésus-Christ.

Bien sûr, dans la tribu Kolinosté, la cote de popularité d’Hello Kitty ne peut laisser indifférentes les félines, qui rivalisent d’artifices pour ressembler à leur idole. Récemment, la tribu a accueilli le modèle le plus kawaii encore jamais sorti de l’atelier : une petite chatte blanche vêtue de Liberty Mitsi velours rose, avec oreilles en Kapel fuchsia. On ne fera pas mieux en matière de kawaii. Mais on ne surpassera jamais, jamais Hello Kitty.

La chatte kawaii Kolinosté n° 215 est en vente sur La Fabrique hexagonale.

Publicités
Comments
One Response to “« Salut Chattounette » : le mystère de l’ultimate-kawaii”
Trackbacks
Check out what others are saying...
  1. […] La petite histoire de ce doudou est sur le site de Kolinosté […]



%d blogueurs aiment cette page :